Le Hip-hop, un art et une culture

Vous entendez souvent parler de Hip-Hop sans pour autant cerner l’étendue de ce courant musical. Plus qu’un rythme ou un style chorégraphique, il s’agirait de tout un art de vivre né il y a un demi-siècle. Voici de plus amples détails sur la culture HH.

Le Hip-hop est l’affirmation de l’identité noire américaine

Dans les années 50, l’Amérique était en pleine métamorphose. Les mœurs se sont libérées avec l’avènement du rock’n’roll et de la mini-jupe. Parallèlement, la communauté noire commence à élever le ton. Outre le gospel et la Soul, un autre courant musical avec un aspect plus poétique a vu le jour. James Brown, Stevie Wonder ou The Last Poets figurent parmi les pionniers d’un mouvement. Le courant a fait son bout de chemin et finit par devenir universel. Eminem et d’autres prodigues blancs sont la preuve que le Rap a franchi les frontières de la communauté afro-américaine.

Une culture à part entière avec plusieurs disciplines

Les défenseurs du Hip-Hop ne cessent pas de marteler qu’il s’agit bien d’une culture complète. Outre la musique rap reconnaissable par les tempos entrainants, il y a aussi la danse et le graffiti. Pour aller plus loin, le HH se manifeste également par la mode à travers les Streat Wear. En effet, le Hip-hop est avant tout une culture urbaine profondément attachée à la rue des grandes métropoles.

L’art reste à la base, malgré les multiples dérives

Pendant des décennies, Hip-hop est restée associé à la population noire. Cette culture était donc synonyme de délinquance, aux substances illicites ou de violence gratuite pour ses détracteurs. Parmi les martyrs de ce mouvement, il y a Tupac Shakur. Ce dernier était froidement abattu pendant une fusillade qui opposait des bandes rivales. Avec l’avènement d’autres musiques urbaines, le rap redevient un genre musical respectable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *